amour-passion-desir-et-poesie

amour-passion-desir-et-poesie

ORAGE...

ORAGE…



En un geste d’ébauche j’ai ouvert l’écritoire puis regardé mon ciel, il était noir.



J’ai pris ma plume, les mots, ses doux amants, délaissaient son sillon, son encre tarissait lorsque pleurait mon cœur sur un vide profond. J’ai regardé le ciel, il pleurait lui aussi, de ses larmes de nuit il martelait ma terre.

 

Puis le noir s’adoucit pour épouser le gris…

 

Et ma plume a vibré en mes doigts engourdis par le froid de ma vie. Un mot timide et frêle appelait au secours ; il héla ses pairs, prisonnier de doigts gourds qui ne savaient encore l’entendre assez pour le calligraphier.

 

Mais ils prêtaient l’oreille… Un écho de détresse résonnait en leurs cieux. Alors ils approchèrent, avec prudence, et intrigués, par charité lui tendirent leurs mains pour soulager sa solitude sombre, aux contours glacés.

 

Je venais de Te lire !

 

Alors ils s’enhardirent, se bousculèrent parfois pour offrir à ma voix, à ma plume, à mon cœur, en échos leur pudeur encore en retenue.

 

En mon ciel, quelques trouées blanchirent.

 

Et les mots à présent, écuyers de mon âme devenaient plus pressants, en extirpaient son drame, pour le noyer peut-être, sous des ondes de pluie qui persistaient encore.

 

Puis survint l’accalmie !

 

En une déchirure humblement apparue, le soleil s’imposait en mille rais joyeux tressant une couronne qui éblouit mes yeux aveuglés par leurs larmes et embués de nuit, émergeant de leur drame.

 

Enfin le ciel fut clair, diluant ce chagrin qui pénétrant ma terre nourrissait mon chemin de son parfum amer, sel de Ton mystère, me laissant orphelin.

 

Alors, c’est le sommeil que réclama mon être épuisé par le doute, chahuté par Cythère. Il fut lourd, encombré d’illusions, mais au petit matin, de ses craintes habitée renaissait ma passion, l’orage était passé.

 

Je revenais Te lire, puis invitais ma plume à de nouveau t’écrire mon espoir ténu, grimé en un sourire qui lui n’y croyait plus, mais caressait Ton cœur ayant quitté mes nues.

 

La page était tournée. Ce trop bel hyménée nous ayant accueillis au creux d’un même lit… S’était évaporé.



09/07/2022
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres