amour-passion-desir-et-poesie

amour-passion-desir-et-poesie

FEMME SUBTILE, MUSE D'ESPOIR

FEMME SUBTILE, MUSE D’ESPOIR

 

 

Aux premiers temps, elle était femme.

 

Puis elle s’évanouit, intemporelle. Elle devint Muse, Muse d’un poète.

 

Je l’ai rappelée sur ma terre. Pour moi, elle fut femme encore, séductrice, de ses charmes vainqueurs elle m’a ensorcelé, lors aujourd’hui elle s’évapore, désincarnée. Mais… Muse de nouveau, elle renaît en dentelles, en voiles de lumières sur les franges ouatées de mes virils décors, de mon Désir, de ma souffrance et de mes joies, de mon bonheur et son contraire, de mes espoirs thuriféraires comme de l’abandon d’un rêve inachevé.

 

Muse des mots de mon imaginaire en sa réalité prégnante et incendiaire, de mes vives émotions plurielles en ses attraits, sensuelles nuances vibratoires de l’âme, de celles capiteuses, vendangeuses enivrantes des corps, de celles enfin, et plus intenses encore que toutes réunies, des élans de mon cœur. Ainsi, pour moi, tout comme hier, elle respire ainsi, telle Uranie en ses cieux primitifs, et c’est sous son regard aux flammes scintillantes des astres de sa nuit que mon être s’invite au banquet de sa vie, au sommet de sa gloire.

 

Aujourd’hui, pour sourire il me faut de nouveau la confier aux étoiles, au soleil flamboyant de ces nues d’où elle était venue, et dont elle est la reine, Ma Reine magicienne. Elle brille là-bas pour moi, en sa beauté sublime une seconde fois. Un jour peut-être, ou serait-ce une nuit, dans le ciel de sa vie la terre de mon envie trouvera-t-elle asile en son désir subtil.

 

Oh ! Muse de poésie, pour moi qui frémis sous ta voix et m’abreuve de Toi en cette voie lactée si lointaine là-bas, ta robe d’apparats si dentelée de tant de tes intimes appâts, sous tes souffles d’émois, entre tes bras divins qui inspirent ma quête et chassent mon trépas m’invitant à la fête de tes feux en éclats, tu m’adoubes, moi, petit homme poète comme on adoube un roi lorsque l’on est déesse, Aphrodite ou Vénus, ou les deux à la fois unies en dévotions, et pour « l'Amour » si pleines de promesses autant que d'émotions. Alors, du plus profond de ce qui me construit naissent de Toi, en moi, et pour Toi Souveraine, ces lettres qui s'unissent en mots toujours choisis, aussi doux que rebelles, en tendres prosodies et phrases d’ecstasy aux volutes suprèmes, si précieuses à mon âme abolie lorsqu’elle croise ces incendies des cieux de ton doux lit d'envies, « Ton lit » sans interdits, délice de Tes nuits pour mes lits d'oublis, autant que sont Tes jours pour mes jours aussi.

 

Ainsi épris, sous deux sens jolis, poète suis-je la vie, la mienne aussi, qui toujours te sourit et t’enlace de mes antiennes.



03/08/2021
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres