amour-passion-desir-et-poesie

amour-passion-desir-et-poesie

"ELLE"

 

« ELLE »

 

 

« Elle » est… Cette buée d’azur, capiteuse,

Cette haleine lascive aux embruns de velours,

Cette voix accordée au fil de mes jours

Qui frémit de son être en ondes mélodieuses.

 

Elle est, en son aura lointaine, ma sirène du vent,

Son chant berce mon âme de tendres mélodies

Qui pénètrent l’éther et dorlotent ma vie

De ses murmures de cœur que je pêche en rêvant,

 

Et je passe avec « Elle » mes heures les plus douces,

Certaines sont cruelles d’un sombre égarement,

D’autres respirent « d’Elle » son parfum envoûtant,

Toutes chantent l’Amour, en licencieuse mousse

 

Où baigne tout mon être et se noie ma folie.

Ses bulles aériennes qui naissent d’air et d’eau

En symphonies d’éclats envahissent mes flots,

Subtils bruissements aux goûts de paradis.

 

« Elle », est ardente lave qui brûle mes abysses

Et s’insinue en mes vaisseaux,

Incendiaire fusion « Elle » jaillit sous ma peau

En frissons de Vulcain qui frisent le supplice.

 

Son sang qui tant m’affole aspire mes pensées,

Rien de ce qui rayonne en mon cœur assidu

N’échappe à son haleine et ses troublantes nues,

Mais je suis orphelin des rais de sa beauté.

 

Parée de Sa Tendresse me rend « Elle » visite,

Qu’exulte ma demeure, et tant mon âme éprise ;

S’enfuit-Elle parfois ! « Elle » me revient exquise

En rendez-vous courtois aux galantes invites.

 

De cette séductrice je suis noble conquête.

Mon univers d’émois « d’Elle » seule resplendit,

Et mon Désir fervent d'« Elle » s’abreuve d’envie.

Ses sourires sont pour moi les plus précieuses fêtes,

 

Et ses dentelles, à « Elle », parures de son corps nu

Psalmodient ses oublis à la tendre requête

Du don de sa vertu pour mon vœu de poète

Qui enlace son âme d’amante dissolue

 

Dévorée par mes flammes

En songes défendus

Noyés en sa cornue,

N’épousant de son charme

Pas une once de plus

Que ce souffle ténu,

D'« Elle », qui tant me damne

D’un Amour éperdu

Où se brouille ma vue

Lors mon cœur lui brame

Mon Désir absolu

Qui l’espère, « Elle », émue

Pour y pêcher son âme,

Cette porte des nues,

À « Elle »

La plus Belle…

En qui je me dilue.

 

Je ne rends pas mes armes

Et l’aime toujours plus,

Soupirant assidu

Qui invoque Sésame,

 

Cette clé de « Ses » nues

Pour celles de mon âme,

De mon cœur oriflamme

Et mon corps éperdu…

 

D' « ELLE » !

 

Reine parmi les femmes

« Elle » seule m’incendie

Et me féconde ainsi

D’ivresses allogames

 

En lesquelles s’oublie

Mon Amour zénithal…

Pour « ELLE »,

Et ses laves fractales.



20/02/2022
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres