amour-passion-desir-et-poesie

amour-passion-desir-et-poesie

DÉSORDRE ET… ÉRUPTIONS Ô, MON AIMÉE !

DÉSORDRE ET… ÉRUPTIONS

Ô, MON AIMÉE !

 

Toi, tu courtises ce fatras

Comblant tout vide de tes amas ;

Aussi, fiévreux, croisant ton œil

Vibre de crainte tout lieu d’accueil ;

 

Car en ton univers rien ne peut se fixer,

Toute chose se doit, alors amoncelée,

Telle une funambule saisir son équilibre

Sur tout autre que soi… Stylos, gommes ou livres.

 

Ainsi, de montagnes instables en vallées trop perdues,

Il faut chercher longtemps, tout ne se trouvant plus.

Puis, peu à peu, comme par érosion,

Ces piles mal ficelées choient en leur ascension,

 

Et s’étalent à terre bien misérablement

Avant d’être couvertes par d’autres documents.

Ainsi, de strates en strates étudie-t-on le monde,

Longtemps, dans la maison, si l’orage ne gronde ;

 

De quelques jours, à plusieurs années,

Nourris d’inattentions et de laisser-aller.

Puis un matin, un soir, ou une après-midi,

Claque un éclair soudain, suivit de tant de bruit…

 

C’est moi qui ne peux plus, oubliant ma raison,

Contenir ma hargne, vaincre ma démission.

Alors, de grondements en fermes éclats de voix,

Parodiant Zeus en son courroux narquois,

 

Je hurle dans l’azur de toute ma colère,

Avant de fuir ces salles trop inhospitalières

Où tes petites mains, troublées par mon fracas,

Entreprenant fissa de ranger tous ces tas,

 

Les changent ainsi de place sous les vents d’un hasard

Emplissant prestement les rayons d’un placard,

Qui regrettent ce temps où ils se reposaient

Narguant ces lieux grevés de leurs trop pleins d’effets.

 

Bref, là où vivaient fouillis, mystères, capharnaüm,

Il ne subsiste plus qu’un strict minimum ;

Ailleurs, là où les yeux ne peuvent se poser,

Le cancer du désordre est allé se greffer.

 

Qu’importe, puisque s’offrent à ma vue

Ces subtiles évasions de vastes étendues

Bien temporairement privées d’achoppements,

Dont il faut profiter alors pleinement ;

 

Car demain, il ne faut pas rêver,

De tout premiers objets viendront les encombrer…

Jusqu’au nouvel orage

À l’éruption sauvage

 

De laves spontanées

Qui viendront embraser

Ce volcan plein de rages

Aux virils carnages,

 

Si longtemps comprimées…

Qui savent me grimer

En vil personnage,

Au si triste visage

 

Que je veux oublier

Après m’être emporté,

Blessé par ce fatras,

Jurant tel un goujat…

 

Qui n’est autre que Moi

En malaise sournois

Pas très joli joli…

Et je me sens contrit.

 

Alors, à Toi que j’ai vexée,

Penaud, je viens mendier,

Si précieux sanctuaire,

Ta grâce salutaire.

 

Tant…

 

Après ce coup de sang

Renais en moi l’amant

Rongé par le remords ;

Et tout contre ton corps,

 

En mes bras te serrant,

J’implore si humblement

De ta mansuétude

La plus noble attitude,

 

Au Pardon rédempteur

Impétrant du Bonheur,

Sachant réconcilier

Par un fougueux Baiser

 

Nos deux fautes mêlées

En nos visions mouillées

Par ces enfantillages

Contredisant nos âges,

 

Qu’il nous faut conjurer,

Conjuguant de concert ce Précieux verbe « Aimer »

Sur tous les temps d’un ordinaire,

Qui lui ne sait toujours nous plaire,

 

Ô, Mon Aimée,

Mon enlacée,

Ma Tendre Terre…

Mon Sanctuaire.

 

 

 

 

 

 



15/12/2023
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres